La guerre de l’inconscience

De la Fin du Moi à la Fin du Mois,

Ainsi naquit la guerre de l’inconscience, 
le ridicule du plus et l’évidence du mieux, 
le dédain de certains riches 
et la mise en esclavage des pauvres,

Le pouvoir et la domination morbide 
d’une caste stupide pseudo-proclamée 
qui a confisqué les leviers du pouvoir 
au profit de leurs maîtres iniques.

Et la pauvreté organisée par cette même caste, 
une pauvreté devenue une arme de soumission, 
de trie, de manipulation, d’exploitation, un racisme économique et social.

D’un côte il y a des personnes qui passent leur temps à calculer, 
À calculer comment spolier, comment tricher, comment mentir, comment voler, comment dominer, comment soumettre, comment manipuler, comment s’enrichir, toujours et toujours plus sans prendre en compte les conséquences et se moquant bien des conséquences humaines. Donc des personnes avec un niveau de conscience très petit, bas, misérable, pitoyable.

De l’autre côté des personnes dont la conscience évolue, des individus qui comprennent les mensonges, qui décodent les tricheries, qui identifient les incohérences, des êtres humains possédants des fonctionnements normaux, symbiotiques, équilibrés, sains… et qui néanmoins souffrent. Qui souffrent mentalement, psychologiquement, intellectuellement.

Nous sommes arrivés à ce moment crucial ou le niveau de conscience des peuples, des employés, des petits, des sans grade est plus élevé que celui des dirigeants, c’est prouvé.

Le gens du peuple sont plein de bienveillance, ils ne veulent pas le guerre, ils veulent la paix, mais les gens du pouvoir cherchent à créer tous les prétextes d’une confrontation violente pour engendrer la peur, pour tuer, pour écraser toute révolution, tout insoumission fussent-elles pacifiques. C’est un vieux classique, une vieille méthode réservée aux incompétents.

Dans toutes transformations, dans toutes les évolutions il y a des souffrances, des blessures, des cicatrices de l’être et de l’âme causées par les pathologies des gouvernants, des managers, car pour eux l’humain de compte pas. Seul leur moi, leur richesses matérielles et le résultat financier sont importants, essentiels, fondamentales. 

La plupart des dirigeants actuels ne sont pas des grands hommes ni même de grandes femmes pleins de consciences créatrices de richesses, muent par une âme au service d’un peuple et d’une nation qui deviendront des modèles pour l’histoire. 

La réalité est ainsi, ils ne savent pas, ils ne comprennent pas. 

Pour autant nous sommes prêts à les aider à changer le changement et à devenir grands, illustres et universels s’ils le souhaitent.

Pour en finir avec les « moi » violents, irrespectueux, dédaigneux, prétentions et pathologiquement pathétiques. 

Pour en finir avec les fins de mois difficiles…
La stratégie gagnante n’est pas la violence.
Tous les peuples ont du talent lorsqu’ils sont conduits, inspirés, guidés par de vrais leaders positifs au service de ce même peuple.

Laissons ces fameux riches prétentieux, dominants, dédaigneux s’entretuer entre eux et faisons notre révolution, silencieuse, bienveillante, calme, paisible, invisible, puissante et irrépressible.

La stratégie est simple :

À qui obéissent les gouvernements ?
Aux entreprises puissantes ?

Alors simplement…
Obligeons le gouvernement à servir le peuple et non leurs pseudo-maîtres iniques.

Comment ?

1- Parlons haut et fort, il est important que les enfants, les petits enfants, les familles, les amis des dirigeants corrompus sachent qui ils sont vraiment, et d’où proviennent leurs richesses ? 

Rétablissons la réalité à propos de leur image de pseudo réussite fondée le mensonges, les vols, la tricherie, la spoliation. La réalité, seule la réalité doit être affichée… 

C’est la transparence !

2- Montrons, remercions, félicitons  les riches qui partagent, qui respectent les humains, qui mettent en place de vrais politiques sociales, qui respectent l’environnement. Consommons leurs produits et leurs services.   

C’est le respect !

3- Le peuple n’a rien contre les riches qui redistribuent avec respect, qui écoutent, qui créent de la valeur avec des valeurs.

C’est la reconnaissance !

4- Utilisons nos talents, mettons les en symbiose pour créer des richesses humaines, des organisations humanistes qui seront les concurrentes de celles des prédateurs.

C’est la créativité !

5- Achetons seulement et exclusivement des produits éthiques provenant d’entreprises dans les dirigeants, dont les actionnaires sont éthiques.

C’est un engagement en conscience !

6- Soyons solidaires et altruistes, car dans ces changements de modèles, dans ces transformations sociétales, la commune, la communauté, sont les bases du renouveau. Ne laissons personne en arrière…

C’est la partage !

7- Pas de vengeance, la vengeance est une énergie qui ne sert à rien. Pas de vengeance mais de la vigilance.

C’est le pardon !

8- Osons notre talent ! Réalisons ce qui nous anime, prenons conscience de cette flamme qui nous motive, osons être ce que nous sommes pour construire un monde nouveau.

C’est notre ambition altruiste !
TEDx sur les ambitions altruistes

9- Soyons seulement plus créatifs, plus subtils, plus intelligents, plus humains, débarassons-nous de la haine, de la peur, soyons fiers d’être humains avec une vision positive, créatrice de sens, de bonheur, de richesses, d’accueil.

Cela s’appelle avoir du talent !  cliquez pour visionner les explications sur le talent

Dans cette guerre des consciences, les talents forgés d’une ambitions altruiste gagneront.

Venez nombreux à nos formations et à nos conférences, pour créer des richesses et changer le monde.

N’hésitez pas à vous inscrire sur le blog en entrant vos coordonnées en haut à droite de la page.
vous pouvez également me suivre sur
Facebook
Linkedin,
Youtube
Merci !
DIDIER REINACH 
Président – Fondateur de la Symbiocratie
Créateur de valeurs
Suisse :  +41 76 779 32 64  –  France :  +33 6 84 60 71 92  –  Canada : +1 514 349 9685
www.symbiocratie.com    https://www.facebook.com/reinach      http://www.linkedin.com/in/dreinach       https://twitter.com/#!/DIDIER_REINACH

Laisser un commentaire