Les employés rêvent d’avoir un travail idéal, un patron en or, des collègues merveilleux le tout au sein d’une entreprise extraordinaire.
Bref ! Une ambiance saine dans un contexte sain…. !
Les patrons rêvent d’avoir des employés performants, créatifs, impliqués, motivés, autonomes, responsables.

Bref ! Des ressources humaines autotéliques à l’énergie renouvelable…

Tout ceci repose sur des éléments malheureusement souvent rangés dans ce que certains appellent, l’impossible tiroir de l’intangible.

Les éléments appelés intangibles ne sont en fait que les éléments moteurs des résultats tangibles.
Or qui mesure l’intangible dont l’impact sur les résultats est fondamental ?

Quelle équipe gagne parce que seuls les processus et,ou la technologie sont au top ?
Quelle équipe créée à partir de processus ?
Deux méthodes extrêmement concrètes permettent à tout un chacun et aux entreprises d’agir avec intelligence et pragmatisme dans le domaine de l’intangible pour assurer des résultats tangibles.

Le Flow.

Le flow est un état de conscience générateur de bien-être, de bonheur et de performance.
Dans cet état, le sujet est totalement immergé dans une activité pour laquelle ses moteurs psychologiques, ses compétences intrinsèques s’expriment et en même temps trouvent une réponse, se nourrissent, s’enrichissent.
Cette situation provoque un sentiment d’accomplissement et de sérénité.

Ce concept a été élaboré et défini par le professeur Mihály Csíkszentmihályi qui a étudié avec passion sur le bonheur, à la créativité, les états du cerveau.

Csikszentmihalyi a identifié les caractéristiques qui décrivent l’expérience du flow.

  • Il y a des objectifs expliqués qui sont clairs car les attentes et les règles régissant l’activité sont comprises et les objectifs fixés sont atteignables avec les compétences de l’acteur.
  • Il y a un équilibre entre le défi que représente l’activité et les compétences de l’acteur. L’activité constitue un défi positif.
  • L’activité est en soi source de satisfactions multiformes.
  • L’activité engendre un haut degré de concentration sur un champ limité de conscience (hyperfocus).
  • L’activité provoque comme une perte momentanée du sentiment de conscience de soi, une sorte de disparition de la distance entre le sujet et l’objet.
  • Il y a chez le sujet une distorsion de la perception du temps.
  • Cette activité apporte des rétroactions bénéfiques directes et immédiates. Les défis de l’activité sont immédiatement repérées et le comportement est ajusté en fonction de façon quasiment inconsciemmente.
  • Le sujet vit une parfaite sensation de contrôle de soi et de son environnement.

Comment générer du Flow ?

Pour que les employés vivent du Flow, il faut que l’encadrement organise le Flow, produise le Flow, gère le Flow….

Les managers / gestionnaires prétendent qu’on ne leur demande que de livrer des résultats, des chiffres, des ratios, de la productivité et que le Flow et autres techniques de gestion de la richesse humaine sont le cadet, du tiers, du quart des préoccupations de la haute direction.

Ce serait comme si le sponsor d’un sportif (l’employé) embauchait un coach (le cadre) mais refusait que ce même cadre gère le mentale du sportif, prenne en compte les facteurs psychologiques de réussite, qu’il mette le sujet (l’employé) en condition de succès.
Les gestionnaires / managers sont-ils pour autant formés à gérer leurs ressources humaines, à les mettre en conditions favorables, à assurer le développement des richesses humaines sans lesquelles ils ne peut y avoir de richesses matérielles ?

La Symbiocratie®

Dans la nature il existe un phénomène qui s’appelle la symbiose.
Le principe même de ce phénomène est d’organiser implicitement la production de bénéfices réciproques entre des éléments hétérogènes. Dans l’entreprise on appelle éléments hétérogènes, le gestionnaire, l’employé, les clients, les fournisseurs…
Les conséquences du pouvoir de la symbiose ne sont autres qu’un effet systémique de développement de richesses humaines et matérielles.
Dans le cadre du Flow, toute personne en Flow est de fait en symbiose avec son activité et son Être, avec son environnement et les objectifs fixés.

Donc, si je résume…

Du jour ou l’encadrement devient producteur de flow et de symbiose, ils font évoluer la culture d’entreprise, la culture des individus, les ambitions altruistes, les comportements, les niveaux de discours, les mentalités, la créativité, la passion et donc les résultats.

Utopique ?

L’épigénétique, la thermodynamique et la neurologie, ces trois sciences, pour ne citer qu’elles, nous démontrent parfaitement que ces méthodes de management sont des disciplines de succès durables.
Puisque la vie est simple et que la nature est une alchimie de richesses qu’il ne faut pas contrarier, pourquoi devons-nous souffrir pour réussir ?

“On ne peut vaincre la nature qu’en lui obéissant”

Francis Bacon
22 janvier 1561 – 9 avril 1626

Nous faisons tous partie d’un écosystème naturel en pleine mutation, ne cherchons à vaincre la nature pour la soumettre à des lois dépassées.
Nous appartenons à cette nature, sachons développer durablement nos richesses, avec intelligence et créativité.

N’hésitez pas à vous inscrire sur ce blog pour recevoir nos lettres, études, et offres spéciales.

Didier Reinach
Expert en leadership
Créateur de la Symbiocratie®
Conférencier – Formateur – Conseil
Canada : 1-514-349-9685
France : 06 84 60 71 92
Besoin d'informations complémentaires ? Contactez nous