Leadership / Management / Spiritualité
Le jour où j’ai voyagé haut de là.

Leadership, Management et Spiritualité

Le jour où j’ai voyagé haut de là.

  • Que fais-tu là demandais-je à la mésange qui s’est assise à côté de moi ?
  • Je regarde le monde me répondit-elle.
  • Et comment vois-tu le monde questionnais-je alors ?
  • As-tu pris conscience de mon nom ?
  • Mésanges, ah ! Oui ! « mes anges » dans le langage des oiseaux….
  • Tu as compris dit-elle en riant, peu de gens comprennent et pourtant il y a tant de « mets-sages » dans notre langage.
  • Que veux-tu me dire ?
  • Une grande partie des humains va mal, très mal, même s’ils jouent à « tout va bien », c’est fascinant et en même temps je suis triste.
  • Je t’écoute,
  • La spiritualité est votre planche de salut !
  • Tu sais bien que spiritualité et business c’est souvent perçu comme étant contradictoire.
  • Vous les humains, vous confondez souvent spiritualité et religion, spiritualité et psycho-bobo-pop, spiritualité et ésotérisme….
  • Je suis d’accord avec toi c’est comme ceux qui croient que le leadership c’est la gloire, le fric, la puissance, le pouvoir. 
  • Le leadership, les vrais leaders ont une dimension spirituelle. La spiritualité c’est accepter, comprendre, intégrer que nous faisons partie d’un tout bien plus vaste, bien plus riche, bien plus créateur, complètement interconnecté, rassurant, bienveillant, nous sommes tous, humains, faune, flore, « unis-vers ».
  • Tu sais il y a très peu de gens qui comprennent cela et qui savent qu’ils peuvent en tirer des fruits, des bénéfices…
  • L’humain est ainsi fait, seul quelques-uns sont ouverts à cette dimension. Il faut attendre que le monde s’écroule et rassure-toi, c’est bien parti… c’est pour bientôt ! Et ceux qui auront choisi cette voie, qui auront pris de l’avance, ils sont les leaders.

« Il n’y a pas de leadership, de liberté de créer, de se développer, de trouver des solutions sans spiritualité.

 

  • Le leader vrai, j’en ai survolé quelques-uns, est fondamentalement un être spirituel tout comme les personnes animées par une spiritualité vraie sont certainement des leaders. 

 

  • J’en conviens lui dis-je, je partage ton message, ces personnes sont littéralement portées par cette dimension, cette inspiration, cette connexion qui, au-delà de toutes les religions, qui permet d’être relié aux autres, au vivant, à la créativité, à des informations. 

 

  • Absolument ! nous dans la nature, nous sommes tous reliés, interconnectés les uns aux autres, nous captons les signes, les émotions, nous les comprenons, ils nous informent, nous guident. Vos ancêtres possédaient le pouvoir de communiquer avec nous et avec l’univers grâce à leur spiritualité. 

 

« La spiritualité développe la confiance, elle permet de percevoir et de comprendre au-delà de la matérialité, dans l’énergie cœur. »

« Il ne faut jamais essayer de convaincre une personne qui estime que le savoir lui donne raison » 

 rajouta-t-elle.  Et je t’écoute, je te propose de disserter sur ce sujet.

 

  • Merci répondis-je, cela coule de source. Effectivement, la spiritualité c’est plus grand, plus puissant, plus enrichissant, plus libérateur, plus créateur. C’est une intime conviction, une évidence de la vie, une magnifique dimension d’amour qui procure un état d’être et de faire. La spiritualité est une dimension subtile qui ouvre les champs infinis de tous les possibles.La spiritualité donne aux leaders des capacités d’unification, de création de valeurs et de bienveillance en toutes circonstances, une sorte d’ambition mue par un altruisme pragmatique qui lui-même produit de l’altruisme et donc des richesses. 

 

  • Oui, mais vois-tu, très peu d’humains comprennent cette dimension créative, qui crée des interactions et des solutions, et dans le chaos, face aux dictatures, aux manipulations de toutes sortes qui ont pour objectifs de vous diviser, de vous opposer, de vous déchirer, la spiritualité est une réconciliation et une réponse, un processus d’individuation.

 

  • C’est vrai que cette dimension spirituelle apporte à chaque être une richesse infinie dans ce processus d’individuation, de développement personnel, de prise de conscience de soi et des autres. À l’opposé, la guerre, la destruction, le chaos, les révoltes manipulées, la soumission forcée à des lois iniques permettent de rendre chaque humain malade de lui-même et des autres dans une dynamique mortifère. 

 

  • C’est le but recherché par la division du soi, en soi et avec les autres jusqu’à l’anéantissement de votre pouvoir de compréhension et de réaction. Ce processus de dégradation, voire d’annihilationdu vivant, enferme une partie des humains dans des convictions et des croyances qui relèvent du syndrome de Stockholm.

 

« Ceux qui dominent sans l’amour, ceux qui jouent la carte du pouvoir destructeur malgré les évidences contraires et tous les signes que nous envoyons sont les complices de la mort, l’univers les recevra un jour comme il se doit » 

me dit-on de te  transmettre. 

 

  • J’ai l’impression que les humains préfèrent être prisonniers d’un système qui les fait souffrir et prisonniers d’eux-mêmes. J’en arrive à croire qu’ils sont persuadés que c’est plus confortable et moins risqué pour eux d’être dans leur prison. Tu sais c’est difficile pour certains d’admettre qu’il puisse exister une autre voix ou une autre voie qui soit différente.

 

Sais-tu pourquoi me questionna la mésange

tout en répondant à sa propose question ? 

  • Parce qu’ils sont vides, vides de sens, vides de croyances humanistes, vides de toute spiritualité, même si certains se défendent d’appartenir à des religions. Ils sont plus rassurés de croire dans ce qu’ils savent.

 

« Une certaine partie des humains sont vides, il leur reste le choix entre la spiritualité, la mort, ou le désert, car la matérialité ne remplit pas le vide de l’âme »

 

  • Il est pourtant « essence – ciel » de créer des richesses ensembles, alors pourquoi accepter d’être montés les uns contre les autres, avec toutes les conséquences négatives que nous refusons de voir, d’entendre, de comprendre, exprimais-je ?

 

La mésange tout amusée par ma question m’expliqua :

  • Apparemment et depuis des siècles, malgré les guerres, les révoltes, les catastrophes, l’humain ne comprend que dans la souffrance, c’est à croire qu’il préfère nourrir son masochisme, voire même son sadisme, plus que de reconnaître ses errements ou ses erreurs pour vivre dans le bonheur.

 

  • Pas tous heureusement, en ces instants très particuliers, certains comprennent que le déficit spirituel entraîne les âmes vers une impasse, dans un désert d’inhumanité.

 

Absolument renchérit la mésange :

  • Et au milieu de tout ceci des âmes éveillées, des âmes se réveillent énergisées par cette dimension spirituelle qui les impactent, parfois même qui les dérangent. Bref, tu le vois, tu rencontres des personnes qui ressentent quelque chose de profond, comme si des intuitions, comme si des signaux conscients ou non les informaient de l’incohérence, du danger tout en suggérant, en susurrant d’autres chemins possibles… tu les accueilles et tu leur communiques les clés.

 

  • Je comprends ce que tu me dis, c’est ma vocation, mais encore faut-il oser cette spiritualité dans un monde matérialiste. Il est vrai que ceux avec lesquels je travaille comprennent et acquièrent cette source d’inspiration, de créativité.

 

  • Je peux te dire, bien que je ne sache pas tout, que les humains n’ont pas le choix et ils l’auront de moins en moins. Oser la spiritualité en conservant son propre discernement, son libre arbitre, sans juger, sans condamner, en libérant les richesses de son âme, et en libérant tous leurs potentiels, en se libérant de la peur pour entrer dans la confiance, voici le chemin qui s’ouvre aux humains.

 

« Ceux qui ouvrent leurs âmes et s’emplissent d’une spiritualité sereine, s’ouvrent à l’amour et à créativité, là se trouvent les solutions pour votre devenir »

 

  • J’ai l’impression que nous sommes en cet instant arrivés au point de bascule. Alors que la doxa nous propose deux choix, le rôle du prisonnier et celui du réactionnaire, il existe cette « alter-native », celle de développer sa conscience, de s’ouvrir à la spiritualité, de combler un vide par l’accès à une autre réalité très concrète. Il est vrai que nous avons le pouvoir de transformer nos doutes, nos stress, nos peurs en ouvrant la porte à ce leadership spirituel qui est en nous, qui est inné, et qui souvent sommeille ou étouffe, peut-être même hurle en nous.

 

« La peur est l’arme des faibles, des incompétents, et des marchands de mort, c’est aussi l’émotion de ceux qui sont perdus, ils se rejoignent. »

 

Tu sais, me dit la mésange à voix basse, comme si elle voulait conserver cette information discrète, 

 

  • Tu le sais tu as fait ce chemin, transformer, se transformer, c’est accepter l’inconnu. Accepter l’inconnu c’est déjà le reconnaître, s’y connecter et sans doute lui octroyer une certaine confiance. Une forme de re-naissance, de re-création. Dans cette démarche que tu offres, tu donnes du pouvoir à l’âme, véritable moteur, constructeur, initiateur, inspirateur, créateur, d’un monde humain. Rassure-toi, un jour lorsque l’humain aura fini de douter, parce que les douleurs, parce que la solitude, parce que l’abandon, voire la faillite tant matérielle que psychologique, et aussi parce que ceux qui auront intégré la spiritualité auront des résultats et auront pris de l’avance, alors l’humain acceptera cette dimension. Alors il aura des intuitions, des compréhensions nouvelles utiles, pratiques. Beaucoup le savent consciemment ou non, mais ils ont peur de perdre le contrôle, ils ont peur de lâcher la prise du courant quotidien.

 

  • Et si on commençait par le commencement, par développer ses potentiels en son âme en toute conscience ?

 

« Les êtres spirituels sont libres, tout comme les vrais leaders ne sont inféodés à personne. »

 

« Sur ton chemin tu rencontreras ceux qui partagent et ceux qui essaieront de te faire chuter, ne sois pas inquiet, la spiritualité est une source d’énergie et de créativité inépuisable, de richesses, de succès, de partage, d’amour et de bonheur » 

 

« Ainsi va le monde pour ceux qui osent, garde ta porte ouverte, car tous ceux qui ont besoin trouveront en eux, grâce à toi, la réponse, et tous ceux qui te raillent un jour ou l’autre viendront franchir ta porte. »

 

Didier Reinach

Créateur de la Symbiocratie
Développer ses potentiels
Développer les champs des possibles
leadership et créativité
info@symbiocratie.com

Laisser un commentaire