Voici des solutions pour prendre la bonne décision par « gros temps »…

Comment prendre la bonne décision ?

 

Informations vraies et fausses, ordre et contre-ordre, données scientifiques erronées, études scientifiques dénaturées, combat d’ego, vrais mensonges, fausses vérités, réalités camouflées, vérités fabriquées, lanceurs d’alertes, législation opportuniste, communication en crise, manipulation ostentatoire, comportements dissonants, décomposition sociale, restructuration économique…

ET DONC …. prise de conscience, évolutions des comportements, des mentalités, des convictions… j’en passe !

Comment voulez-vous que des humains ainsi manipulés et installés dans leurs habitudes, face le tri, comprennent, et puissent décider en toute sérénité ?

Chacun choisit son chemin de pensée qui correspond à ses valeurs, à un savoir du passé, à des références, à des expériences…

Toutefois ce que nous vivions est inédit, unique, sans référence historique, quoique….

Dépendamment de la façon dont on analyse la situation on y retrouverait des points communs avec les points de bascule de :

  • La chute de l’Empire romain

  • La disparition de la Grèce antique

  • La fin des dynasties égyptiennes ou chinoises

  • La disparition de l’Éthiopie

    Et bien d’autres…

Ce qui est intéressant en relisant l’histoire, en écoutant, en regardant les données sociétales et sociologiques actuelles, en comparant les comportements, c’est qu’il semble que nous sommes exactement sur ce fameux point de bascule de notre civilisation.

 

En synthèse,

  • Des civilisations naissent de la spiritualité et de la philosophie,
  • De la collaboration et de la confrontation pacifique et créative par laquelle le bien de tous est au centre d’une forme de progrès, ainsi naissent des idées, des solutions, des valeurs,
  • Puis les humains développent des richesses,
  • Puis arrivent les prédateurs qui souhaitent s’accaparer les richesses et dominer les autres,
  • Puis entre prédateurs ils se combattent en souhaitant dominer les peuples,
  • Puis les empires s’effondrent…

À chaque fois, à chaque période, à chaque instant de bascule, ceux qui dirigent les opérations se croient plus intelligents, plus subtils, plus forts que leurs ancêtres…

Alors aujourd’hui ?

Qui va donc s’en sortir ?
Que faut-il décider ?
Quelle décision prendre ?

Décider ou ne rien faire ?
Ne rien faire est une décision !

Dans les deux cas qui a raison.
Ne rien faire c’est accepter la situation.
Agir c’est trouver une solution.

 

Le promeneur en montagne vise le sommet, s’il s’égare suite à un glissement de terrain (situation actuelle) il a deux choix :

Tourner en rond pour retrouver son chemin, s’infliger du retard, s’affaiblir… analyser sa carte pendant des heures, tout en sachant que la topographie a changé…

Garder le focus sur son objectif et créer son propre chemin, différent, peut-être moins facile, par petites étapes successives. En tout état de cause découvrir autre chose autrement pour atteindre son objectif. Développer une nouvelle vision, une nouvelle compréhension du territoire, de nouveaux réflexes adaptés.

 

Ce n’est pas parce que vous vous êtes égarés, parce que le terrain a changé, parce que vous n’êtes plus sur le chemin balisé des habitudes, que vous ne pouvez pas atteindre vos objectifs.

 

Le navigateur qui fait face à du gros temps n’hésite pas à se dérouter et à se fixer un nouvel objectif.

 

Dans notre monde actuel,
Le chemin des habitudes est devenu interdit pour cause de soumission spontanée.
Le nouveau chemin est inconnu, pour certains c’est un risque, pour d’autres une opportunité.

Comment prendre la bonne décision de management ?

La praxéologie est l’étude de l’action humaine entre-autre dans le monde économique. Elle nous invite à relier, mettre en symbiose des disciplines, des comportements, des pensées, des méthodes, des talents sous l’angle de la création de valeurs et du rendement. 

Voir : L’école autrichienne, la dynamique de l’économie

Sous cet angle pour prendre la meilleure décision il s’agit de regarder, écouter et surtout comprendre selon différentes facettes  :

  • Faire l’état de ses richesses humaines et matérielles externes et internes.
  • Évaluer l’état physique, mental, psychologique, fonctionnel, matériel de l’organisation.
  • Prendre en considération le contexte interne et externe sous différents aspects tant psychologiques que financiers.
  • Confronter l’ensemble de ces données de façon créative, idéative pour générer des idées, des innovations, des évolutions de consciences, de mentalités, de comportements.
  • Mesurer les potentiels de rendement et de création de valeurs.
  • Fixer les objectifs et organiser le mouvement en accompagnant l’adaptabilité, la créativité pragmatique permanente, la flexibilité.
  • Introduire dans tout ce travail les éléments indispensables à la réussite que les vrais leaders ont, consciemment ou non, utilisé (cliquez pour voir la vidéo qui explique les éléments de succès des vrais leaders)
  • Et bien sûr encadrer cela avec les valeurs, c’est-à-dire avec les comportements adaptés aux évolutions, aux attentes de tous ceux avec lesquels nous voulons créer des interactions bénéfiques.
  • En final ce n’est ni plus ni moins que de mettre en symbiose les ensembles et sous-ensembles pour que la somme des éléments soit supérieure au seul nombre des éléments.

Les territoires inconnus sont ceux que nous n’avons pas explorés.
Le plus grand danger est la peur d’oser l’inconnu et de rester figé.

L’intelligence humaine est cette capacité humblement émotionnelle à se confronter avec ce et ceux que nous ne connaissons pas.

Les priorités sont désormais le changement de culture et le management humaniste des talents !

Vos managers sont-ils prêts ?

Êtes-vous prêts ?

J’ai certainement une idée, une solution pour vous.

 

DIDIER REINACH 
Conférencier – Consultant – Trans-formateur
didier(at)symbiocratie(point)com