Manifeste

Crise, chaos et évolutions

Les crises économiques, politiques et culturelles que la grande majorité des sociétés occidentales traversent de plus en plus fréquemment, et de plus en plus violemment, ne sont pas la cause de nos problèmes économiques, politiques et culturels. Elles sont les conséquences d’un problème mental et structurel qui mine notre civilisation moderne: une carence de leadership due à un déficit profond de culture, de valeurs et de richesses humaines.

Ce texte est une invitation que nous lançons d’abord aux entreprises, mais également aux gouvernements et aux individus, afin d’entamer une évolution que nous croyons simple, pertinente, nécessaire et nous l’espérons, créatrice de richesses collectives et individuelles.

Sans prétention idéologique de droite ou de gauche, nous souhaitons simplement, et puissamment, proposer une vision et une démarche organisationnelle cohérente, bénéfique et humaine.

Une société déficitaire.

Nous faisons face à de nombreux déficits historiques, voire inédits, créateurs de problèmes présents et à venir d’une complexité elle aussi historique et inédite.

Un premier constat, le transfert générationnel de nos sociétés occidentales est un fossé qui se creuse chaque jour davantage sur le plan économique, politique et culturel.

Parallèlement un nouveau monde digital s’est créé, agile, vaste et dynamique.

En quelques années à peine, cet univers a rassemblé, des citoyens, travailleurs et consommateurs du monde entier autour de valeurs et d’ambitions communes.

Pendant ce temps, de nombreuses institutions, privées comme publics, s’évertuent, par habitude ou par déni, par cécité ou par incompréhension à perpétuer un schéma de valeurs et de fonctionnement désormais dépassés.

Un second constat, peut-être plus grave encore, celui de la confiance et du respect.

Nous avons atteint des sommets de cynismes inégalés.

Un troisième constat est celui du déficit de conscience collective.

Les conséquences économiques en sont majeures.

Les dommages que nous infligeons à l’environnement, dans le seul souci des gains maximum à court terme, auront des répercussions catastrophiques sur le prix de nombreuses matières premières polluées par nos soins et par répercussion sur les coûts de santé qui exploseront.

Notre déficit de confiance et de respect envers l’autre est-il si grand, notre cynisme si profond que nous en sommes arrivés à ne plus nous soucier de l’avenir, le nôtre, celui de nos enfants et celui des autres ?

En quête d’un certain contrôle sur celui-ci, de nombreuses organisations pratiquent aujourd’hui l’obsolescence programmée pendant que les individus s’endettent, tambours battants, ignorant le fardeau fiscal qu’ils accumulent pour plus tard.

Les exemples sont innombrables.
Dans une quasi totale inconscience, nous cultivons aujourd’hui nos problèmes de demain.

Nous croyons avoir toujours plus d’ennemis. Cette forme paranoïde de fonctionnement permet à certains de croire que cela soude un peuple alors que cela dissout l’esprit humain et toutes ses richesses.

Réussir aujourd’hui et demain.

Comment réussir à faire face aux nombreux défis à venir ?

Que ce soit au niveau des mutations culturelles profondes ?

Que ce soit au niveau des ressources naturelles ?

Que ce soit au niveau d’un taux croissant, et préoccupant, d’individus souffrant de troubles de l’humeur voir de troubles mentaux ?

N’est-il pas désormais du devoir de chacun, actionnaires, dirigeants, politiques, employés et étudiants, de régler les causes de ces défis ?

Hippocrate, le père fondateur de notre médecine moderne, fut l’un des premiers médecins à s’intéresser aux causes des maladies. Alors qu’il vivait à une époque où l’on traitait les symptômes des maladies, il s’intéressa à leurs causes, et idéalement, à “la” cause originelle d’une maladie.

Sommes-nous capables d’oser remettre en question un système qui ne produits plus de richesses durables ?

Changer de paradigme pour produire des richesses.

Passer du déficit de valeurs à la création de valeurs.

 

Les valeurs sont des normes de conduite, de pensée qui, une fois véhiculées et adoptées, structurent l’ensemble d’un dialogue et des comportements d’une société, d’une organisation.

Les valeurs sont le cadre fondamental à toute prise de décision de création de valeurs.

Acquises par l’exemple, la réflexion et l’action, elles deviennent des guides cognitifs, des instincts moraux, éthiques et politiques. Elles sont la source de la créativité, de l’innovation, de l’expression des ambitions collectives et des richesses individuelles.

Pour un leadership Symbiocratique®, fondateur de richesses humaines et matérielles durables.

La solution repose sur la création de valeurs, sur l’exploitation intelligente de leurs puissances structurantes, sur l’évolution des comportements et des mode de pensée.

La solution réside dans la capacité à produire, à créer, à faire vivre ensemble des valeurs fondamentales.

À ériger un ensemble cohérent, respectueux, créateur et dynamique où chaque partie de cet ensemble est complémentaire et mutuellement nécessaire à l’ existence de chacun et de l’ensemble dans sa globalité.

C’est ce que nous croyons être à la base d’un leadership durable, créateur de richesses économiques, sociales et humaines. Le leadership Symbiocratique®.

L’histoire regorge, de nombreux exemples de grands leaders Symbiocrate®, de gens engagés, passionnés dans des domaines variés, sociaux, politiques, technologiques, la santé, l’environnement, d’hommes et de femmes qui ont osé voir plus loin que le seul résultat comptable.

Des leaders Symbiocrate®, des créateurs de richesses matérielles et humaines qui, quelles que soient leurs origines ethniques, sociales, quelle que soit leur époque, ont tous en commun des fonctionnements, des comportements fondamentaux, une vision noble des valeurs humaines.

La caractéristique commune la plus fondamentale est certainement la symbiose.

Ces leaders comprennent la relation implicite qu’ils entretiennent avec leur environnement humain et technologique. Ils comprennent la réciprocité qui s’exerce entre leur capacité de direction et les personnes qui leur accordent cette capacité, ce pouvoir.

Alexandre Le Grand avait compris l’intérêt d’inclure ses conquêtes dans son empire, et non de les traiter comme des sous-nations et ainsi laisser pousser les germes d’une révolte impossible à maitriser tant le temps de déplacement était long et coûteux.

Martin Luther King avait compris l’importance de convertir ses ennemis plutôt que de les confronter, car un peuple ne sort jamais gagnant d’une confrontation massive.

Nelson Mandela avait compris que la richesse et la dynamique d’une nation proviennent de l’éducation, de la forme pédagogique employée, de la considération et de la reconnaissance que l’on apporte à chacun, quelles que soient ses origines ethniques ou sociales.

Ces trois hommes, pour ne citer qu’eux, se sont illustrés par leurs visions fortes, à long terme, basées sur la réciprocité des échanges et sur la complémentarité des actes. Ils portaient tous en eux cette volonté inébranlable d’être fidèles à leurs valeurs.

Nous offrons aux entreprises, aux gouvernements et aux individus la possibilité de gagner, de s’enrichir, de se doter d’un leadership Symbiocratique®.

Une relation Symbiocratique® est une addition à plusieurs composants dont le résultat est supérieur au seul nombre de ces composants.

Le leadership Symbiocratique® permet aux organisations d’amplifier leurs richesses matérielles et humaines puisque grâce à cette mise en application, la somme des richesses des individus est supérieure au seul nombre des individus.

Utopiste, diront les plus cyniques.

Pourtant, la nature fonctionne ainsi depuis la naissance de notre monde.

 

voir ici

Pour prendre contact http://symbiocratie.com/contact/