Vous ne changerez pas en devenant des singes ou des perroquets !

Pour Réussir, changez de fréquence !

Les fréquences attractives et les fréquences répulsives sont les clés de nos interactions.
Bien sûr quelques méthodes expliquent que pour changer le monde, il faut commencer par changer soi-même.

Ce n’est ni totalement vrai, ni totalement faux.

Dans l’explication de ces approches, on retrouve des verbes clés comme oser, prendre conscience, être en pleine conscience, etc…

Changer dépend seulement d’un verbe, commencer.

Changer soi-même est une situation subtile, facile et parfaitement simple à comprendre lorsqu’on prend en considération une approche systémique.

Changer se réalise avant tout en changeant de contexte, contexte physique, psychologique, spirituel, intellectuel, etc…

Changer c’est donc, consciemment ou non commencer à se tourner vers autre chose, autrement, ailleurs…

Quel que soit le contexte dans lequel vous êtes « baignés », fut-il professionnel ou privé, votre changement ou plus exactement votre évolution sera très difficile tant que vous continuerez à « patauger » au milieu de fréquences répulsives ou dites négatives ou dans la fréquence des habitudes.

Au même titre qu’être propre ou rester propre ou au clair avec soi-même ne peut se concevoir qu’en vivant dans un milieu qui ne vous pollue pas, ou ne vous salit pas dans tous les sens du terme.

Changer de contexte pour changer de fréquence
En changeant de contexte, vous créez une interaction entre vous et l’extérieur. Cette interaction va avoir un effet systémique conscient ou inconscient sur vos habitudes, vos croyances, votre façon de voir, de comprendre, de vous exprimer, de penser… etc…
vous allez vivre sur d’autres fréquences.

Partez quelques mois dans un pays aux us et coutumes différents des vôtres. Il se peut qu’à votre retour on vous dise que vous avez changé… Pourtant en partant dans ce voyage aviez-vous décidé de changer ?

L’impact du contexte extérieur peut donc être un fabuleux déclencheur de changement bien plus facile et bien plus simple que bien d’autres méthodes.

Il n’est pas nécessaire de partir loin.

Cela peut être une retraite spirituelle, pratiquer un art, des conférences philosophiques, d’une façon générale, la rencontre avec une dimension inconnue, un monde différent qui nous attire.

Pas pour apprendre bêtement, pas pour savoir, pas pour répéter par coeur des phrases qui ne viennent pas de nous, juste pour s’enrichir de nouvelles interactions et de nouveaux comportements, les déguster et devenir ce que nous sommes.

Nous sommes des êtres biologiques.
Vivre comme un arbre fabuleux qui se nourrit de mille minéraux puisés dans le sol grâce à la subtilité de ces racines, grâce à ses milliers de rhizomes.
Accroître cette profondeur de soi que chacun peut atteindre en s’alimentant de ces richesses invisibles de l’esprit.
Aucun arbre n’est identique, mais tous se tournent vers la lumière et grandissent en donnant des fruits. Tous rayonnent et possèdent leurs propres fréquences, tous donnent des fruits dont la qualité dépend de ses racines et du contexte dans lequel il vit.
L’arbre grandit par la qualité de ses interactions, on appelle cela l’évolution systémique.
Il en va de même pour l’homme.
Cette évolution systémique est une forme de spirale qui peut vous attirer vers le haut extrêmement facilement…

Ainsi soit-il !
Au commencement était le verbe dit un texte célèbre.
Le verbe est action.
La pensée est une suite de mots exprimée en silence ou non.
Cette suite sonore, intérieure ou extérieure est émise sur une fréquence.
Cette fréquence est donc positive ou négative, attractive ou répulsive.
Extériorisée, cette fréquence va impacter le monde, l’environnement.
De là vont naître la transformation et la création, ou la destruction et la régression.
Nos interactions avec nous-mêmes comme avec les autres reposent sur cette notion de fréquence.
Le son, les fréquences, façonnent nos interactions…

Quelle est la bonne fréquence ?
Nous vivons dans un monde en équilibre permanent où les lois de l’attractivité et de la répulsion créent le mouvement permanent, l’échec ou la réussite, le malheur et le bonheur, avancer ou reculer, pôle Nord et pôle Sud, face positive ou négative de l’aimant, ou de l’amour.
Une fréquence que vous estimez positive pour vous peut être vécue négativement par d’autres, tout comme parfois nous recevons une fréquence qui nous semble répulsive, mais qui finit par nous intriguer, voir devenir un besoin.
Ainsi quelques-uns sont certains de réussir, croient poser des gestes positifs et en final connaissent l’échec, d’autres doutent, stress, paniquent et finissent par réussir.

La différence ?
Leur fréquence.

La bonne fréquence, celle qui va permettre une interaction bénéfique, n’est pas le seul fait des mots que nous extériorisons. Elle est l’alchimie entre ces mots, l’intention profonde qui nous porte et ce que nous souhaitons voir émerger, pour qui, pour quoi et comment !
Certains travaillent beaucoup sur eux sans résultat, ils apprennent des formules par cœur, récitent des phrases toutes faites, se façonnent selon les autres, copient ou imitent… Sauf que… Ils ne peuvent pas reproduire la même fréquence ni la bonne fréquence qui leur ouvrira les portes, le cœur et encore moins l’esprit. Ils restent, comme je le disais ci-avant, des singes ou des perroquets.

Vous ne changerez pas, ni ne changerez le monde en devenant des singes ou des perroquets !
Changez et changez le monde c’est changer de fréquence.

 

N’hésitez pas à vous inscrire sur le blog en entrant vos coordonnées en haut à droite de la page.
vous pouvez également me suivre sur
Facebook
Linkedin,
Youtube
Merci !
Didier Reinach
Expert en leadership
Créateur de la Symbiocratie®
Conférencier – Formateur – Conseil
Canada : 1-514-349-9685
France : 06 84 60 71 92

www.symbiocratie®®.com