Alors que le ciel s’éclaircit tendrement et que la brume du lac sève-vapore telle une légère couverture dont chaque plume retiendrait la chaleur de la nuit, je reste dans mon rêve, symphonie fantastique, magistralement jouée par les plus beaux instruments que sont l’amour et le temps, l’émotion des éléments, la vibration, la respiration, l’expression de chaque particule dont l’ambition première est la vie et le partage de cette vie avec l’autre.

L’autre, se morceau de toi, nous, qui sans le savoir, sommes tout l’un pour l’autre. L’autre, oiseau de passage, nuage à la forme évocatrice, brise caresse, état second de mon je où l’esprit de mon moi capte, inconscient, le délectable plaisir du présent.

Je suis là, allongé sur cette terre, terre fatale, terre nourricière, terre meurtrière où l’homme naît de cette symbiose unique, symbiose vitale, énergie de l’amour.

L’alchimie de l’amour, l’amour, ambition maîtresse, seule richesse in-et-puisable.

Amour de soi, amour de l’autre, passion fulgurante, passion persistante, amour de son art, de ses passions, de ses visions, de ses rêves.

Amour liberté, amour libérer, amour créativité, au-delà de l’autre, de l’homme, de la femme, amour d’espérer, partager avec soi, partager avec lui, avec elle, dans une seule ambition, une seule réalité, le résultat attendu, le résultat exprimé, une ambition commune.

Une alliance comme un alliage autour de ce rêve, rêve, image concrète d’une volonté indestructible, rêve berceau de nos richesses les plus folles, enrichissement passionnant.

De tout mon être, je suis né de la symbiose et pourtant j’appartiens à cette même race d’êtres ou de dispar-être qui malgré la co-naissance ne vivra plus en symbiose avec les fruits de son monde.

Symbiose, caresses, tendresse, accueil, partage, même si…

L’antre-prise serait devenue une machine à tuer, néant-moins je respire, je m’inspire de la vie, je fuis ceux qui expirent, leur volonté de mourir, de partir, mais pas seul, pourquoi les suivre ?

L’herbe est fraîche, l’odeur de la rosée est comme un nectar, enivrement extatique, je me nourris de cette réalité qu’est ce rêve, état de ma psyché, énergie de ma destinée.

Les hommes sont devenus l’une des seules espèces sur cette terre capable d’organiser leur mâle-propre mort en toute quiétude, avec sérénité, en démontrant avec certitude son niveau d’imbécilité.

Ne lâchez pas votre rêve, ou c’est lui qui vous lâchera.

Toutes les civilisations, les organisations, les entreprises qui sont nées d’un rêve, qui furent porteuses d’ambitions au service des hommes, qui défendaient des valeurs, ont généré des richesses durables.

Puis un jour, le pouvoir, le vice, la corruption, la jalousie, l’orgueil, et quelques patho-illogiques plus tard, et l’homme détruit sa propre race, il n’est plus en symbiose, il ne fait que des-cendres…

Alors je rêve au bon-heure, le présent est un cadeau, un présent, la magie de l’âme-agit.

Les grands arbres aux racines profondes, forts d’une culture de vie ancestrale, remuent leurs branches comme d’autres font de grands signes de la main.

Au revoir des-espoirs, le bilan n’est pas tout noir.

Réveille-toi, le monde nouveau est en train de naître, c’est la re-naissance, tout est créativité, superbe instant, vie-vifiante, tout est possible, tout est à faire, devient acteur du coeur.

Didier Reinach
Expert en leadership
Créateur de la Symbiocratie®
Conférencier – Formateur – Conseil

Pour une conférence ou une formation, sur un de mes thèmes ou sur mesure…. sur toute la francophonie…

Canada : 1-514-349-9685

www.reinach.net
www.symbiocratie®®.com

N’hésitez pas à vous inscrire sur le blog en entrant vos coordonnées en haut à droite de la page.

vous pouvez également me suivre sur

Facebook
et Linkedin,
Youtube

Merci !

Découvrez comment développer facilement votre créativité en téléchargeant mon e-book

Besoin d'informations complémentaires ? Contactez nous